La fête de la science au prisme d’un ambassadeur

Atomes froids Actualités scientifiques Manifestations scientifiques

Retour sur l'expérience de Daniel Hennequin en tant qu'ambassadeur régional de la fête de la science 2021

Daniel Hennequin, équipe Atome froid laboratoire PhLAM :

"Eh oui ! Cette année, j’avais l’insigne honneur d’être ambassadeur de la fête de la science pour la région Hauts-de-France. J’ai donc dû renoncer en grande partie à rencontrer le grand public, et fréquenter les médias, les inaugurations et les visites « officielles ».

Les médias ont été la grande bonne surprise de cette mission. Il m’arrive d’interagir avec des journalistes, en général sur des sujets de science bien précis, soit dans le cadre d’une actualité, soit dans le cadre d’une chronique récurrente. Je m’attendais cette fois à être interrogé très prosaïquement sur la fête de la science, mais ce ne fut pas le cas. Les entretiens avaient beaucoup plus de profondeur et de recul qu’une simple présentation de la fête de la science. On a parlé recherche, vulgarisation scientifique, conséquence de la crise sanitaire sur la perception des sciences, place de la science dans la culture. On a ainsi pu entendre parler sur France 3 Hauts de France de la commission « Culture scientifique » de la Société Française de Physique, de la différence entre science et recherche, de l’importance du rôle des médiateurs (et de celui des chercheurs vulgarisateurs), d’auteurs de science-fiction qui jouent avec la mécanique quantique (j’ai cité Greg Egan et Roland Wagner) ou encore que la science, c’est avant tout « hyper ludique ».

Les inaugurations, au-delà des rencontres fort intéressantes avec des représentants institutionnels et politiques, ont l’énorme avantage de donner la possibilité, pour une fois, de parcourir plusieurs sites régionaux. Parmi ceux-ci, j’aimerais en citer trois que j’ai particulièrement appréciés, sans doute parce qu’ils me touchent personnellement. Le 1er festival du CNRS a pris ses quartiers au PLUS, à Cappelle-la-Grande. Cette délocalisation aura été l’occasion de rencontrer dans ce très bel établissement des chercheurs passionnants de toute la région et de toutes les disciplines. L’université de Lille, quant à elle, proposait un parcours dans plusieurs sites de la métropole lilloise, en particulier au Relais Nature du Parc de la Deûle et au sein des très belles collections du musée d’Histoire Naturelle de Lille. Là aussi, c’était l’occasion de découvrir les recherches effectuées dans les laboratoires de l’université. Comme au festival du CNRS, ce sont surtout des étudiants en thèse qui animaient, écoutaient et répondaient au public, et partageaient leur passion. Et le public apprécie manifestement, au vu de la fréquentation de tous ces sites. Enfin, dans une approche radicalement différente, se tenait à Lilliad Learning Center, sur la Cité Scientifique à Villeneuve d’Ascq, le salon du livre de vulgarisation scientifique, « Science en livre ». La programmation était dense, avec une vingtaine d’auteurs présents, une librairie particulièrement bien fournie, des files d’attente impressionnantes pour les dédicaces, et des rencontres avec les auteurs passionnantes. Manifestement, pour les visiteurs, le salon se prolongera tout l’hiver en lectures au coin du feu…

Et il en sera de même pour moi…"

 

Les interventions de Daniel Hennequin pendant la fête de la science :